Chaleur torride !

Eh oui, il continue à faire beau et chaud ici. Même si le vent frais et qqls goutes (avec de l’orage et un éclair tombé dans le jardin) font parfois une (très) brève apparition, il a souvent fait plus de 28°C (à l’ombre, bien sûr) ces derniers jours. Il parait qu’on profite de l’anticyclone (ou des courants océaniques bloqués par les changements climatiques ?!). Les gros pulls sont rangés et les T-shirts ne sont presque plus suffisants pour nous accompagner dehors.

Côté boulot

Creux de la vague et missions au compte gouttes (faute de manquer d’eau) …

Le programme sur les oiseaux inféodés aux paysages agricoles traine en longueur. Les alouettes et les bergeronnettes sont en retard pour leurs nichées et seuls les courlis se font entendre, parfois tout près de la maison. Les sorties se transforment en balade à vélo ou à pied, l’oreille tendue (que l’oreille) pour travailler la reconnaissance des chants, notamment des petits passereaux difficiles à apercevoir.

Sur les lacs, le comptage des poussins des oiseaux d’eau s’est intensifié. Nos matins sont dédiés aux bébés foulques, cygnes, canards, mouettes et autres oies. Sur les plateformes d’observation, les ornitho suédois (être retraité semble être un critère) s’amassent en masse, l’oeil bien collé sur leur longue vue. Ici, la culture de la coche semble développée : dès qu’un oiseau rare est vu, il est de suite reporté sur diverses base de données. Une application téléphone est spécialement dédiée aux d’oiseaux rares et envoie une alerte au bon chasseur de pokémon à l’ornitho passionné en quête de nouveauté. Dernièrement, un oiseau américain (Fuligule à bec cerclé) a réussi à faire migrer des humains probablement depuis Stockholm, à 4h A/R d’ici. Ici pour être une rareté, il ne suffit pas seulement de venir de l’autre côté de l’Atlantique. Un Bihoreau gris, un genre de héron relativement commun en France mais absent en Suède, a également fait débarquer de nombreux observateurs. Pour les connaisseurs, nous avons eu aussi Bécasseau tacheté et Guifette leucoptère. Dans cet amas d’observateurs, nous profitons des autres lieux déserts de « rareté » pour profiter des ambiances locales, chants des grues cendrés et des cygnes chanteurs …

Les bébés se cachent aussi dans les bois, bien à l’abri dans les nichoirs cloués aux arbres que nous suivons depuis notre arrivée. Mini étourneaux, mésanges et autres gobemouches nous attendent bien au chaud pour leur passer un joli anneau gris métallisé. Un chiffre individuel qui permettra de connaître leurs mouvements lors de prochaines recaptures. Le baguage nous a amené aussi sur le terrain avec l’autre Tream, poser un « loger » (sorte de petite plaque fixée sur le dos avec des fils) qui permet de récolter des données sur leur espèce cible et plus précisément sur sa façon de migrer (altitude, arrêt, température, etc.).

Les dernières semaines ont été ponctuées par la venue des boss, notamment pour préparer la saison de baguage qui débutera aux alentours du 25 juin. Enfin, les sorties extras se concentrent sur les libellules et les quelques papillons autour de la réserve, nouveaux taxons à ailes d’étudié.

Côté perso

Les semaines n’ont pas vraiment de samedi et de dimanche (ni de lundi mardi mercredi jeudi vendredi d’ailleurs), autant dire qu’il est souvent difficile de se rappeler à quelle date nous sommes. Les jours de réelle pause et de coupure se parlent plutôt en « day off » ou en « day free ». Pour le dernier, nous avons choisi une balade en réserve et parc naturel à Garphyttans, entre lac et forêt à l’ouest d’Örebro, avec une magnifique vue pour le pique-nique et une sieste en solo (merci la faible densité de population pour le moment de tranquillité).

Pour retrouver un peu de contact avec la civilisation nous avons tenté le petit magasin de seconde main, type Emmüs mais appelé ici LOPPIS, qui se résume plutôt en une maison aménagée en vide grenier avec quelques tables dehors pour le gouter. Et que serait la Suède sans… IKEAAAA !! A la recherche de coussins pour l’extérieur, nous avons poussé la porte du géant national pour ressortir avec… Les mains vides ! Joli tour de musée.

Autre moment suédois, nous avons rejoint une classe d’enfants de 6 ans pour partager une matinée à la Nature School de Kumla (en suédois bien sûr). Une clairière de forêt aménagée où l’un de nos boss intervient avec son collègue qui nous a missionné sur les libellule et fournit guide (en suédois) et filet. Les insectes, tel a été le thème de cette demie-journée qui a d’abord commencé par une pause FICA à 9h (sandwich léger, fruits et biscuits). Ensuite, l’animation peut commencer où les enfants sont la plupart du temps en jeu libre et très peu dirigés, seuls quelques consignes ont été donné avant de partir à la chasse aux petites bêtes.

A la maison, Mélanie tente d’apprivoiser les 3 vaches du pré d’à côté : Mencool, Boy et Marguerite… Ben oui, parce que Vache-mencool, parce que Cow-Boy et Marguerite ben… Parce que Marguerite c’est joli. Tentative d’appât avec des pissenlits, du chou, de la rhubarbe, de la salade du jardin mais finalement les gratouilles ont suffit pour dompter Madame Marguerite (la seule curieuse pour l’instant). Evidemment, mouches et moustiques font aussi partie des animaux domestiques, eux, bien nourris dans la maison.

Les moments libres sont investis en aménagement pour l’extérieur ou en cuisine pour toute l’équipe. Un nouveau petit coin salon voit le jour sur la terrasse, entièrement conçu en palette par Etienne et avec une customisation peinte par Mélanie avec le logo de la réserve. Côté gastronomie, nous avons fait voyager la maisonnée en France avec pain et brioche, puis en Asie avec montagne de Sushis et autres rouleaux de printemps, puis en Finlande avec notre nouvelle plancha BBQ et en Amérique avec un dessert panecake et boules de glace. Changement de personnel à venir, Tage notre suédois part bientôt pour laisser place à Pierre le futur bagueur (ami d’Etienne) qui nous rejoint la semaine prochaine.

Avec tout ça, le vélo va toujours bon train, surtout quand on galère avec les voitures entre celle qui part à la casse bientôt, celle de location qui est flambant neuve (nickel pour rouler dans les chemins) et la dernière qui biberonne comme un 4×4 mais avance comme un veau (Meuh !).

La suite à venir… Une fois la saison de baguage lancée !

PS. MERCI à ceux qui continuent de nous envoyer de super colis avec plein de bonnes choses dedans et des petits mots très touchants. Pour notre dernier pique-nique sur la colline, nous avons eu la chance d’ouvrir un bon pot de pâté des deux-sèvres et des tomates sèches arrivées tout droit d’Italie 😉 ! Même si le mois de mai est passé, c’est un vrai plaisir de recevoir de nouveaux paquets (ou ceux qui ont un peu trainé). Vivement vos prochaines surprises 😀 

 

Préparation sushi

Un Commentaire

  1. Bon d »accord, j »ai du retard … magnifiques photos ! je ne savais pas qu’il y avait autant et de si belles libellules,
    bisous à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *