Göteborg 2 ème ville de Suède

Trois jours de vacances qui méritent bien un article « hors série ». Accompagnés d’Hervé et Béatrice, les parents d’Etienne, nous sommes partis voir la mer, lui dire comme elle est belle, admirer la côte Ouest et ses vastes archipels d’îles singulières. La ville compte pas moins de 175 m2 de verdure par habitant et la Nature sauvage est à ses portes entre eau et forêt, entre grands espaces  et petits détails charmants.
JOUR 1 :
Après avoir déposé notre cher Matteo venu pour quelques jours à la gare d’Örebro, nous voilà en route pour 4h dans la super papa-mobile toute neuve, toutes voiles vers l’Ouest. Nous avions réservé 2 chambres chez l’habitant où nous avons été accueilli très simplement par notre couple d’hôte et leurs enfants, avant de partir sans trainer vers la ville. C’est parti pour l’exploration !
Göteborg est vraiment une ville très inspirante. Les bâtiments sont travaillés et se démarquent les uns des autres par leurs couleurs tranchantes, par des toits travaillés ou par un simple détail comme des balcons aux forges différentes. Les nombreux parcs dissimulent de somptueuses églises aux clochers dominant la ville, ronds ou pointus, il y en avait pour tous les goûts. La rivière termine le charme de cette ambiance pleine de diversité et pourtant si paisible. Après une petite marche aléatoire, nous avons pique niqué dans un parc au bord de l’eau, posés comme des mouettes à regarder la vie passer.

Il parait que le jardin botanique, avec ses quelques 12 000 espèces de plantes, est le plus grand de Suède. Continuons alors notre parcours coloré dans ce dédale d’espaces enchantés par le travail caché de dizaines de petites mains qui oeuvrent pour offrir un voyage végétal sans détour : serre tropicale, jardin à la française, japonais ou de montagne rocheuse… Tout y passe, y compris le temps. Vite vite il nous faut rentrer au parking avant que le ticket de sonne l’heure du PV ! Et hop nous voilà sautant dans le tram dont Etienne est tombé littéralement amoureux, et pour cause… Certains d’entre eux semblent d’époque, le genre de train urbain auquel on s’accroche à l’arrière après une course effrénée, comme dans les westerns américains.

L’après-midi se termine au port pour repérer les bateaux qui nous emmèneront demain voir l’archipel des îles éparpillées en mer. L’heure du repas sonnant, nous nous dirigeons vers le seul restaurant qui semblait ouvert. Alors que les parents d’Etienne prennent la route, grands enfants que nous sommes, nous décidons de couper en escaladant par les rochers le long du port… Résultat ? Nous avons terminé notre escalade face à un grillage à contourner, sautant de terrasse en terrasse le long de l’eau jusqu’à déranger une dame entrain de ranger son jardin pour savoir si nous pouvions remonter par sa maison pour retrouver notre chemin. Folle aventure qui finit bien !
Surplombant la mer, le restaurant offre une véritable atmosphère de film, la lumière du soir offre une ambiance aux couleurs pastels, saupoudrée de quelques ampoules en guirlande pour terminer le décor. La terrasse semi ouverte est face à la mer, vin de choix et plats de poissons succulents, nous sommes aux pays des rois marins.
La journée se terminera par une visite nocturne dans la ville. Toujours bercés dans la sérénité ambiante, nous nous laissons portés par l’effervescence de la nuit, allant de rue en rue, tantôt rouge, tantôt bleue, bars restaurants ou petites boutiques… Les tableaux défilent sous nos yeux au rythme de nos pas, avant de rentrer s’écraser dans nos lits douillets.
JOUR 2 :
Debout de bonne heure et de bonne humeur pour aller prendre le bateau. Mettre les pieds sur un navire semble rappeler de bons souvenirs à Etienne, ravi de courir dehors pour voir la mer, les vagues et les oiseaux. La 1ère île était plutôt ambiance Nature sauvage avec une belle randonnée aux couleurs vives alternant forêt colorée, roches pelées, buissons de milles feux et eaux limpides. La promenade était divisée en 2 parties nord et sud, coupée par un succulent brunch improvisé sur le port encore silencieux au matin.
Puis, nous embarquons de nouveau pour se rendre sur une 2 ème île plus peuplée où l’on s’attable dans un restaurant cette fois ci plus à la bonne franquette suédoise : chacun se sert et commande au comptoir, pas de chichi. Après le repas nous marchons jusqu’au port où nous tombons au beau milieu d’une course sportive… Ca n’empêchera pas certains de faire la sieste et de partir en exploration des environs pour d’autres avant de prendre de nouveau bateau pour arriver sur la dernière île.
Celle-ci est l’une des moins peuplée du golf où chacun a sa brouette comme on peut avoir une voiture (oui oui !). Les rues y sont étroites et vallonnés, serpentant de bâtisses en bâtisses toutes très singulières. Le port y est aussi tout petit avec des sculptures plantées au milieu de l’eau. Nous nous offrons une dernière pause apaisante sur une micro plage-port en arrière des habitations avant le retour à la ville pour une balade de fin de journée.
Les rayons chauds du soleil de 20h embellissent Göteborg par des jeux de lumières estivales et joyeuses. Sillonnant les rues à la recherche de notre guelton du soir,  une fille au style hippie avec sa musique à fond et ses lunettes rondes nous offre un petit moment de rire, un instant hors du temps au rythme des Beatles et quelques pas de danse. Nous voilà de nouveau attablés, une sangria fraîche à la main, dans la cours d’un vieux bâtiment entièrement restauré. Les tables en bois sont joliment décorées d’une fleur et les murs arborent de vieux tableaux et des cartes anciennes de Suède. Même les toilettes sont accueillant ! Dehors, la verrière de la terrasse laisser défiler la vie de la rue animée… Le lit nous a accueilli chaleureusement à la maison pour s’écraser de nouveau avant d’avoir touché l’oreiller.
JOUR 3 :
Après une grasse matinée bien méritée, le trajet de retour s’est fait en deux rounds coupés par une sublime pause dans le parc naturel forestier de Tividens. Cette fois pique nique en plein air, embelli par une magnifique vue sur le lac dans lequel on pouvait marcher pendant des mètres sans trop se mouiller. Le paysage était digne d’une carte postale nordique : des résineux à perte de vue, quelques rochers au crâne lisse émergeants de l’eau, lumière tamisée et vent soufflant le doux retour des gilets.
Après une petite sieste digestive, nous nous offrons une balade à travers la forêt qui semble vierge de toute intervention, simplement lacée par notre petit chemin parfois difficile à discerner permis les roches éboulées et les arbres couchés. L’atmosphère est fraîche et paisible, les yeux écarquillés et les oreilles tendues à l’affut de la vie sauvage. Connexion intense qui éveille les sens, donne de l’inspiration et nous fait voyager dans une autre dimension.  Mais notre excursion aura été trop courte pour pénétrer l’intimité de la faune de la forêt, il faudra revenir.
Le retour à la maison nous fait passé du calme de l’eau et des arbres à l’effervescence de la vie à l’international. Toutes ces présences sous le même toit nous font revenir peu à peu à notre quotidien de famille à 10 (ou 8 ou 14, je sais plus !).
Bref… C’était chouette !
Eider à duvet
Sweden_Bird_Ringing
« 1 of 3 »

Un Commentaire

  1. C’est magnifique ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *